QU’EST CE QUE LA GENEALOGIE ?

 

Lorenzo Caratti di Valfrei écrit dans son manuel de généalogie que «la généalogie est la science qui vérifie et étudie les liens de parenté, d’affinité et les rapports entre les personnes». Le généalogiste doit donc en premier lieu vérifier l’existence de liens généalogiques grâce à la recherche et à l’étude, et successivement classifier et mesurer l’intensité de ces liens interpersonnels.

 

Dans cette définition de généalogie on trouve trois concepts très importants qui doivent être définis, c’est-à-dire.

 

1. La parenté, le lien de filiation qui unit deux ou plusieurs personnes entre elles, par rapport à la reproduction et à la descendance (Fig.1).

 

 

2. L'alliance, lien sacré entre deux familles. Ce lien unit un sujet (A) à la famille de sa conjointe (B) (Fig. 2).

 

3. La parenté fictive, le lien entre un sujet (A) et tous qui, même si ne sont pas ni de parentes ni des affins à lui, ils lui sont généalogiquement liés (Fig. 3).

 

 

De ces trois liens que je viens d’écrire, le seul qui présente le caractère de consanguinité est la parenté, considéré comme le plus authentique.

Les liens d’affinité et de parenté fictive sont au contraire des liens sociaux, c’est-à-dire qu'ils sont constitués socialement par des unions telles que le mariage, et peuvent varier de société en société.

La recherche généalogique vise à identifier les parents, les parents par alliance et les parents fictifs d’un sujet donné.

 

La généalogie est donc de nos jours une science à tous point de vue, avec un objet d’étude et une méthode de recherche qui lui sont propre.

 

Les représentations des relations trouvées pendant la recherche peuvent être multiples, c'est pourquoi je ne pourrai pas toutes les traiter ici.  Par exemple, au-dessous il y en a deux différents, dont les légendes peuvent aider à comprendre.

 

Au terme de la recherche généalogique, mon rôle sera de vous proposer différentes représentations graphiques de votre arbre généalogique.

 

La Fig. 4 à côté représente un exemple de tableau généalogique ascendant "per quarti", en ce qui concerne l’ascendance masculine du sujet A.

Toutes les cases, carrées ou circulaires, seront associées à un nombre, selon la méthode Sosa-Stradonitz, et identifieront la personne à l'aide d'une fiche appropriée qui contiendra de brefs renseignements biographiques.

 

 

Dans l’illustration 5 on peut voir un tableau généalogique classique à développement ascendant vertical, c’est-à-dire présentant une famille du fondateur jusqu’au sujet A.

 

 

 

Fig. 5

Tableau généalogique classique d’une famille à développement ascendant vertical.

La fig. 6 représente un tableau généalogique du XVII siècle d’une famille avec fief dans la province de Vicence. Comme on peut le voir, le nom du fondateur apparaît sous la lettre majuscule A et le tableau ne prend en considération que la ligne masculine de descendance jusqu’au sujet demandeur.

(Photo publiée avec l'accord de Marangoni Mons. Antonio, directeur des archives ecclésiastiques du diocèse de Vicence).

 

 

Fig. 6

 

Fig. 1

Le carré est utilisé pour un homme et le cercle pour une femme. Les lignes verticales indiquent les relations de parenté (père, grand-père, arrière-grand-père, etc.) par rapport à A, alors que les lignes horizontales indiquent les relations d'une même génération (frère, sœur, cousin, etc.). Dans cet exemple, le fondateur est le grand-père du sujet A. Il a deux cousins, une cousine, et trois oncles.

Fig. 2

La ligne droite qui lie un carré avec un cercle indique un mariage.

Fig. 3

 

Fig. 4

Tableau généalogique ascendant “per quarti”.